POST-COVID : Comment se préparer à l’après-pandémie en tant que clinique vétérinaire?

Même si les soins vétérinaires sont considérés comme des services essentiels depuis le début de la pandémie, ceux-ci n’ont pas échappé aux mesures d’urgence devant être prises par toutes les entreprises pour limiter la propagation du virus. C’est-à-dire la mise en place de mesure sanitaires, une réduction du personnel au minimum ainsi qu’une priorisation au niveau des rendez-vous.

Certaines cliniques ont été contraintes de fermer leurs portes, alors que d’autres se croisent les doigts chaque jour pour que la reprise des activités « normales » soit annoncée. Il n’en demeure pas moins que tous devront faire preuve de stratégies et de prévoyance afin de pouvoir répondre à la demande qui sera sans aucun doute importante.

En effet, les cliniques vétérinaires ayant dû repousser les rendez-vous jugés non-urgents verront leur clientèle revenir en force à la fin du confinement. Seront-elles prêtes à faire face à cette demande ?

Voici donc 4 aspects à considérer afin de mieux se préparer à la « post-pandémie » :

  1. Avoir une gestion d’horaire impeccable, autant au niveau des rendez-vous téléphoniques que des consultations en personne. Chaque clinique devra s’assurer que son système de prise de rendez-vous soit à jour et bien adapté.

  1. Prévoir le matériel, c’est-à-dire l’inventaire des médicaments, des vaccins, de l’équipement de chirurgie ou encore des articles se trouvant dans la boutique (commande de nourriture, traitement antiparasitaire, etc.).

  1. S’assurer que les employés soient prêts à la hausse de la demande. Cela peut être réalisé via une formation pour les épauler adéquatement et pour répondre à leurs questionnements quant au fonctionnement et aux mesures devant être prises.

  1. Finalement, les cliniques devront s’assurer d’avoir les effectifs nécessaires pour répondre aux clients, autant à la réception qu’au niveau des vétérinaires ou techniciennes en santé animale. Pour les établissements en pénurie de personnel, ou ceux qui désirent tout simplement augmenter leur volume de consultations, le recrutement de ressources supplémentaires demeure une excellente solution. Ce recrutement peut même être prévu avant la fin du confinement pour éviter d’être pris de court lors du début de l’achalandage massif.

 

Bien qu’il n’y ait pas encore de date officielle quant au retour à la normale, il est primordial d’avoir une longueur d’avance et d’ainsi commencer à mettre en branle le retour à la « normale ». Tel que le stipule l’auteure Andrea Wynter dans un article paru dans le journal Les Affaires, il faut que le plan mis de l’avant en soit un prêt à évoluer:

 « De fait, il est fondamental de disposer d’un plan de continuité des activités qui soit souple, adaptable aux circonstances, prêt à évoluer très rapidement. »

 

Finalement, le conseil le plus important est de demeurer vigilant et à l’écoute de votre santé mentale et de celle de vos employés, elle est tout aussi importante que votre santé physique!