LES 5 PRINCIPAUX CONCEPTS FISCAUX À CONNAITRE POUR ÊTRE UN TRAVAILLEUR AUTONOME VÉTÉRINAIRE

LES 5 PRINCIPAUX CONCEPTS FISCAUX À CONNAITRE POUR ÊTRE UN TRAVAILLEUR AUTONOME AU CANADA

 

En tant que vétérinaire suppléant, vous bénéficierez d’une foule d’avantages, notamment des horaires de travail flexibles et des possibilités d’avancement.

Si l’idée de diriger votre propre entreprise est excitante, la gestion de vos finances ne l’est peut-être pas autant. Cela peut mettre un frein à vos ambitions de lancer une nouvelle entreprise.

 

Toute cette paperasse peut sembler une corvée, entre le stresse de remplir les bons documents fiscaux jusqu’à savoir quand faire sa déclaration. Ne vous laissez pas abattre!

 

Avec la connaissance des règles fiscales, des règlements ainsi que des bons concepts fiscaux, vous serez bien parti dans votre carrière de vétérinaire autonome.

 

Voici les 5 principaux concepts fiscaux à connaitre pour être un travailleur autonome au Canada :

 

  1. Apprenez comment fonctionnent les impôts

En tant que vétérinaire autonome au Canada, vos revenus d’entreprise et vos revenus personnels sont une seule et même chose. Bien qu’il n’y ait pas d’impôt sur le revenu distinct pour votre entreprise, vous êtes tout de même confronté à des obligations fiscales.

 

Vous êtes tenu de déclarer à l’Agence du revenu du Canada tous les revenus que vous recevez et qui apparaissent comme faisant partie de votre revenu personnel sur votre formulaire d’impôt.

 

Ainsi, vous devrez payer l’impôt sur le revenu (où chaque partie de votre revenu est imposée de 15% à 33% selon vos revenus en tant que vétérinaire) et les cotisations au Régime de pensions du Canada (RPC) (9,9%) qui serviront à votre retraite.

 

Au sujet des taxes à la consommation , vous n’êtes pas tenu de charger les taxes comme travailleur automne à moins de facturer plus de 30 000$ durant 12 mois de suite. Si vous dépassez ce seuil , vous êtes tenus d’obtenir un numéro de taxes et de facturer les taxes à la consommation correspondante à votre province.

  1. Votre taux horaire devrait vous aider à remplir vos obligations fiscales

Le paiement des impôts fait partie de vos obligations financières en tant que vétérinaire suppléant. Vous ne devez donc pas aligner votre taux horaire sur celui de vos homologues salariés.

 

En réalité, c’est leur employeur qui s’occupe des obligations fiscales de leur entreprise. Il va sans dire que votre taux horaire devrait être plus élevé en tant que vétérinaire autonome.

 

N’oubliez pas que vous devrez payer, entre autres, vos frais de comptabilité, d’assurance, de loyer et de services publics. Par conséquent, vous devriez gagner suffisamment d’argent pour payer vos impôts, vos dépenses et rapporter une bonne partie de l’argent à la maison.

 

Ainsi, pour calculer votre taux horaire, vous devez prendre en considération vos années d’expérience, tout stage que vous avez effectué ainsi que vos capacités (comme les cas dentaires ou orthopédiques).

 

  1. Mettez de l’argent de côté

Il va sans dire que vous devrez mettre de l’argent de côté afin de pouvoir vous permettre de payer vos impôts. Idéalement, vous pourriez faire une déduction sur chaque chèque qui vous parvient.

 

Sinon, vous devrez compenser une facture d’impôt salée à la fin de l’année. En mettant de côté un minimum de 25% de votre revenu, vous pourrez payer vos impôts en tant que vétérinaire autonome.

 

  1. Ayez vos preuves

En tant que vétérinaire autonome, vous êtes tenu de conserver tous les documents méticuleux qui témoignent de vos dépenses et des biens que vous avez achetés.

 

Ces documents comprennent les factures, les journaux, les reçus, les documents hypothécaires, les relevés de crédit et les ajustements financiers.

 

Avec vos documents importants en main, vous pouvez fournir des preuves en cas d’examen par l’Agence du revenu du Canada ou de vérification fiscale.

 

  1. Ayez le bon logiciel de comptabilité

Même si vous êtes un vétérinaire intelligent, vous ne pouvez pas tout faire vous-même. Pour vous assurer de bien gérer vos impôts, il est préférable d’adapter le meilleur logiciel de comptabilité à vos pratiques commerciales.

 

Il s’agit d’un outil simple qui vous fera gagner du temps et vous indiquera le montant des impôts que vous devez. FreshBooks, QuickBooks et Sage Business Cloud sont des exemples de logiciels de comptabilité qui vous épargneront la corvée de remplir vos déclarations.

 

En fin de compte

 

Voilà, c’est fait ! Des notions fiscales qui vous aideront à traverser votre parcours de vétérinaire autonome.

Toutefois, n’oubliez pas de consulter un comptable, qui vous conseillera sur la meilleure façon de traiter vos déclarations de revenus. Il vous expliquera les questions relatives à l’impôt sur le travail ainsi que les facteurs qui vous rendent compétent pour l’imposition des revenus.

 

Il peut également vous aider à remplir des formulaires fiscaux complexes. Un comptable vous expliquera également les obligations fiscales légales (le cas échéant) auxquelles vous serez confronté dans votre nouveau cabinet.

 

Vous devez encore gagner la confiance de vos clients et vous forger une réputation professionnelle positive. Cela ne peut se faire qu’avec beaucoup de travail, de dévouement et de passion pour votre carrière.

 

Vous cherchez un moyen de simplifier la gestion de votre cabinet vétérinaire? Oxilia est là pour vous. Nous offrons la plus grande communauté de professionnels de la santé animale qui aident les institutions vétérinaires à répondre à leurs besoins en ressources humaines.

 

Pour savoir si le professionnel correspond au statut de travailleur autonome ou d’employé, consultez l’article Employé ou travailleur autonome? de l’Agence du Revenu du Canada.